venez comme vous êtes, le mensonge de Macdonalds
Venez comme vous êtes ? Visiblement Mcdonald’s n’aurait pu choisir une accroche qui lui sied moins. La chaîne de restaurant est en effet au centre de toutes les attentions (et génère la polémique), suite à l’agression de Steve Mann le 1er juillet 2012. En cause ? Ses lunettes de vue numérique.

Steve Mann souffre de lourds problèmes de vue et porte, depuis 13 ans, des lunettes (qu’il a lui même inventées) afin de faciliter sa vie quotidienne et être plus autonome. Ces lunettes fonctionnent sur le principe de la réalité augmentée et enregistrent ce qui se passe.

Lunettes du canadien Steve Mann

Vissées sur son crâne, elles ne peuvent être retirées. Un fait qui ne lui avait jamais posé problème jusqu’à présent, même dans des lieux très sécurisés comme les musées. Mais c’est dans l’endroit le plus improbable que l’impensable se produit pour lui.

En visite à Paris avec sa famille, le canadien Steve Mann se rend au fast-food Macdonald’s des Champs-Elysées (celui au numéro 140 pour ceux que ça intéresse). Alors qu’il fait la queue pour commander, un employé du restaurant lui pose des questions sur son dispositif visuel. Steve Mann lui montre alors une lettre de son médecin spécifiant que c’est un appareillage à but médical et la documentation qu’il garde toujours sur lui lorsqu’il voyage. Pour information, il venait de visiter de nombreux musées où il est évidemment interdit de photographier et dont la sécurité est bien plus stricte. Pourtant ce n’était que la première fois qu’il a du montrer ses justificatifs. Un comble !

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, sinon la blogosphère et les médias ne s’affoleraient pas ainsi. L’employé Macdonald’s valide son passage en caisse, Steve Mann et les siens peuvent passer commande. Ouf ! Ils ont du penser (douce rêverie) qu’on les laisserait manger en paix.. Mais c’était mésestimer le zèle des employés de ce Macdonald’s.

Un second employé arrive de nulle part et tente de retirer les lunettes de Steve qui rappelons le sont fixées à son crâne. Il a du avoir bien mal sur le coup, n’est-ce-pas ?

La victime (parce que maintenant nous pouvons effectivement parler de victime) essaie de calmer cet employé pris d’une frénésie de zèle mal placé. Il montre à nouveau ses justificatifs… A lui et aux deux nouveaux employés qui se joignent à la fête. Ces derniers se permettent même de froisser et déchirer les justificatifs !

Avant de mettre Steve Mann à la porte. Bah oui, tant qu’à faire après l’avoir agressé, autant l’empêcher de bouffer !

Nul doute que Steve Mann se souviendra longtemps de sa visite du Macdonald’s du 140 avenue des Champs Elysées à Paris. Qu’importe, les employés ayant endommagé ses lunettes, de nouvelles images n’ont pas pu être enregistrées sur celle de l’agression.. Et Steve Mann peut donc prouver son agression.

Il a d’ailleurs contacter son ambassade, la police, le consulat et bien sûr Macdonald’s… contacts qui sont restés lettre morte. C’est pourquoi Steve Mann a décidé de raconter son histoire sur son blog, et déclenche aujourd’hui une vague d’indignation contre Macdonald’s. Venez comme vous êtes ? J’ai envie de dire non. Ne venez pas… Sauf si vous êtes maso et que vous souhaitez de tout coeur vous faire molester !

A noter : la polémique enfle et les messages de soutien envers Steve Mann se multiplient sur la toile. La page Facebook de Macdonalds voie se publier de nombreux messages d’internautes en colère en commentaires de ses posts, commentaires qui sont d’ailleurs parfois tout simplement effacés.

Sur Twitter le hashtag #McDoGate a fait son entrée dans les trendings topics… Et les médias se font l’écho de cette agression.

Bon courage Steve ! Et bon courage aussi au Community Manager de Mcdonald’s qui n’arrive visiblement pas endiguer l’hémorragie. A ce propos d’ailleurs, sur le blog de Steve Mann (que je vous invite à lire), lorsque l’on clique sur le bouton « j’aime » de l’article s’affiche une erreur (croustillante) :

lien bloqué sur facebook - on musele Steve Mann

EDIT du 19 juillet 2012, Les réactions de Mcdonald’s France

Mardi 17 juillet, Mcdo France a communiqué sur sa page Facebook pour rassurer et essayer d’endiguer le flot de réactions indignées :

Nous avons été informés, ce jour, d’une réclamation concernant un consommateur canadien qui déclare avoir été l’objet d’une altercation avec des personnels McDonald’s dans un de nos restaurants parisiens, le soir du 1er juillet.

Comme toute réclamation de consommateurs, celle-ci fait l’objet d’une enquête interne approfondie pour faire toute la lumière sur les faits. Bien sûr, si les faits tendaient à impliquer un ou plusieurs membres du personnel de l’établissement, nous prendrons les mesures adaptées.

Pour l’heure, nous en appelons à la patience afin de permettre la collecte d’informations sur un événement qui se serait produit il y a plus de deux semaines.

Dans son témoignage Steve Mann assure avoir essayé de contacter Mcdo, mais que cela est resté lettre morte. Mcdo a-t-il réagi suite au bad-buzz uniquement ? Comme ils le disent eux-même par la voix de leur CM, il s’agit tout de même d’un « événement qui se serait produit il y a plus de deux semaines »..

Aujourd’hui, un communiqué a fait l’apparition sur cette page Facebook :

Il contient plusieurs choses intéressantes :

McDonald’s France a pris connaissance de la réclamation de Monsieur Mann, le 17 juillet 2012 suite à la publication sur son blog

Un premier échange téléphonique avec Monsieur Mann a eu lieu dès le 18 juillet.

Selon les employés, les échanges avec Monsieur Mann ont été emprunts de respect et de politesse.

McDonald’s France souligne qu’aucune déclaration relative à une agression physique à l’encontre de Monsieur Mann n’a été relevée dans les témoignages des personnes auditionnées.

Cela veut dire finalement que :

  • C’est très respectueux de la part des employés du « restaurant » de déchirer les papiers médicaux du plaignant…
  • Mcdo n’aurait peut-être pas réagi sans l’article de blog de M. Mann
  • Steve Mann a été contacté mais le seul feedback que nous avons dans ce communiqué est celui des employés.

Sans compter que le ton employé est plutôt.. Condescendant. ce qui ne fait que mettre de l’huile sur le feu. Voilà le résultat quand la communication de crise est gérée par des juristes.

Bonne fin d’après-midi à tous !